L'argile, origine de la vie

054 943 8618

Histoire

Déjà connu dans l'Antiquité

L’argile est un agent très puissant de régénération physique. L’argile semble posséder à peu près toutes les qualités ; on le comprend mieux maintenant qu’on a découvert les oligo-éléments utilisés en thérapeutique. La composition de l’argile nous permet d’expliquer son action reminéralisante, rééquilibrant, également antitoxique.. entre autres ; Toutes ces propriétés étaient bien connues dans l’Antiquité et aux siècles passés.

Le médecin grec Dioscoride attribuait à l’argile une force extraordinaire. Pline l’Ancien, Galien, Avicenne, en ont longuement parlé dans leurs écrits.

 

En 1905 en Allemagne


Lors de l’épidémie en 1905 en Allemagne de choléra asiatique, cette épidémie fut jugulée comme suit par le docteur Stumpf, médecin et professeur en faculté de médecine :

  • 70 à 100 g d’argile en poudre pour les adultes,
  • 30 g pour les enfants,
  •  10 à 15 g pour les nourrissons dans un estomac vide – ce qui est le cas avec des vomissements et une diarrhée sévère.

La nausée cesse de suite, et au plus le malade vomit encore une fois après la première ingestion d’argile, puis c’est le soulagement avec éructation de flatulences sans vomissement ; s’il y a fièvre, elle tombe vite, avec apparition de sueurs ; le sommeil arrive souvent et il faut souvent « réveiller le patient à plusieurs reprises, jusqu’à ce que la totalité de la dose soit prise ». Les 100 grammes de poudre administrés étaient mélangés à 250 ml d’eau, de préférence bien froide (le patient préférait cela) et le tout devait être avalé en 20 à 30 minutes au maximum, les enfants prenant le médicament par sonde gastrique si nécessaire, les nourrissons par biberon (dose enfants 60 grammes dans 125 ml d’eau, dose nourrisson 50 à 70 grammes dans 100 ml d’eau). La prise pouvait être renouvelée au bout de trois heures. Une règle était essentielle après l’ingestion : l’abstention de nourriture et d’alcool pendant 18 à 24 heures.(p 67)

Le traitement inondait les germes d’un matériel inorganique ce qui empêchait la production de la toxine ; et il diminuait l’eau disponible pour les bactéries, entravant leur croissance.

 

Lors de l’analyse qu’il effectua à propos de l’argile, en 1928, le Pr Laborde, professeur à la faculté de pharmacie de Strasbourg, déclarait en conclusion :

La terre curative, prise régulièrement ou périodiquement, est le don purifiant, vivifiant, compensant et guérissant, propriété essentielle de la nature. C’est un puissant dynamogène qui rétablit un équilibre stable en réveillant l’activité des glandes déficientes. Elle entrave les cultures microbiennes, les tue, augmente l’activité du ferment diastasique qui existe dans les cellules et les produits de sécrétions de l’organisme. Elle est douée du pouvoir d’absorber les produits de l’inflammation et active l’excrétion des matières fécales. La terre curative rétablit la force de résistance, rehausse la gaieté et la joie au travail, elle régularise la circulation intracorporelle.

Plus proche de nous...

En 1994, le Pr Graeser, de son côté, écrit que l’argile devrait devenir un médicament populaire domestique et que toute mère de famille devrait apprendre à le connaître. Dans toutes les institutions, casernes, prisons, dans lesquelles les infections s’infiltrent et se propagent si facilement, ainsi que sur les paquebots, la poudre d’argile devrait toujours être à disposition.
Ce médicament naturel est parfaitement sans danger, même s’il est pris en vain ou en trop grande mesure. Des préparations bien plus dangereuses sont avalées par le public, sans critique et sans examen.
*Il convient de noter que les activités dérivées de l’argile ne sont pas dues à un élément particulier, mais sa composition totale détermine que : tous les minéraux et les substances qui la composent améliorent l’action synergique pour obtenir un effet global.